L'HEURE ANTI VIE RÂLE

Rédaction initiale le 06 avril 2020

Mises à jour le 28 mai, le 1er juillet

 

 

Face au heurt viral printanier et planétaire dû au Covid-19, notre immunité alerte et fonctionne de manière automnale et restructurante en se drainant (après le coup de feu, la purge) ; ou de manière radicale en s'arrêtant et se destructurant. Le matériel génétique  des personnes malades est plus utile une fois repéré,  via des tests, que les informations concernant leur charge virale ; car l'identification de ce matériel permet un fichage de masse. Le déploiement de la 5G fait le reste du fait de son rôle de fixateur de fréquence.

 

Cependant, les symptômes d'inflammations (douleur, chaleur, rougeur, tumeur) et d'engorgements ou d'excrétions signent différentes réactions physiologiques que la médecine allopathique aura peut-être toujours difficulté à accompagner ou combattre... en ce 21ème siècle riche de nouvelles mesures et principes de réalité augmentée et d'expérimentation à grande échelle de la distanciation sociale. 

 

On aurait ainsi pu penser qu'en ces temps bénis par un progrès  pulvérulant - et vu l'urgence sanitaire -  une complémentarité entre médecines puisse être mise en place, ou tolérée, si déjà présente, dans les milieux hospitaliers et cliniques.

 

Bien que l'industrie agro-pharma muselle fâcheusement ce qui ne rentre pas dans ses cases de profits, on aurait ainsi pu penser que :

 

- l'usage de certaines huiles essentielles telles que SARO, RAVINTSARA ou NIAOULI, antivirales, auxquelles s'ajoute TEREBENTHINE car favorisant l'oxygénation des cellules, puisse être appelé. Pensons aux EHPAD et autres établissements de ce genre si peu  ou mal aérés dans les chambres des résidents, pensons aussi aux supermarchés ;

 

- l'usage de remèdes homéopathiques à titre préventif et curatif complémentaires, soit sollicité (coût minimal), par exemple et selon les Cahiers de Biothérapie dirigés par Daniel Scimeca  : 

En préventif : THYMULINE, PHOSPHORUS, SERUM DE YERSIN, ARSENICUM ALBUM et ECHINACEA ;

En curatif : BELLADONNA, BRYONIA, PHOSPHORUS, ARSENICUM ALBUM, GELSEMIUM, PULSATILLA, MERCURIUS SOLUBILIS, ALUMINA, AMMONIUM MURIATICA, ANACARDIUM ORIENTALE, ANTIMONIUM TARTARICUM, KALIUM BICHROMICUM, LYCOPODIUM, NATRUM MURIATICUM, SEPIA OFFICINALIS, SILICEA, SULFUR, ZINCUM.

Et auxquels s'ajoutent (liste non exhaustive) :

AMMONIUM SULFURATUM car massivement rejeté dans l'air en ce mois d'avril 2020 (feux dans des cheminées ouvertes, en ville - la pollution atomosphérique ne provient pas seulement des émanations automobiles qui ne roulent plus ou des usines qui tournent au ralenti, voire sont fermées) ;

MURIATICUM ACIDUM* pour notamment la fameuse conjonctivite brûlante, asséchante et qui finalement s'avère être un symptôme supplémentaire tardivement divulgué ;

 

MERCURIUS CYANATUS plus radical que Merc. Solubilis dans les maux de gorge car fulgurant grâce au cyanure anesthésiant qu'il contient ;  

ACONIT NAPELLUS pour les pics d'angoisse et "coups au coeur" que connaissent les soignants agités et d'autres ;

 

- le recours à l'acupuncture soit conservé et sollicité ;

 

- l'usage des ventouses (Cupping thérapy) sur la zone des rhomboïdes (muscles entre les omoplates et zone écho des poumons) soit considéré comme une option efficace ;

 

- l'usage de produits à base de Propolis soit à disposition pour désinfecter et soutenir rapidement les voies ORL supérieures ; le spray buccal à la Propolis est très efficace ;

 

l'usage de toutes thérapeutiques - autres qu'allopathiques - respecteuses de la dynamique du corps humain soit plus amplement accueilli, ne serait-ce qu'à titre de soutien.

 

La liste pourrait s'allonger. Bien que traversés par différentes  émotions depuis mi mars (ou avant pour certains), SE QUESTIONNER, S'INFORMER, REFLECHIR et SE FAIRE SON PROPRE AVIS pour prendre partie dans cette joute disciplinaire, alimentaire, administrative et médicale, est une aubaine.

 

__________________________________________________________________

 

* Muriaticum Acidum, l'acide chlorhydrique, est un remède d'irritations, de brûlures et d'intolérance au Soleil , voire à l'autorité. Il est bien connu pour soulager des allergies, des problèmes cutanéo-muqueux et digestifs dont hémorroïdes (stigmates de colère). L'esprit de ce remède (vie psychique) émane d'un sujet qui rêve ou cauchemarde que sa mère meurt. Au sens de "mère" et au-delà des personnes qui oeuvrent en maternant, le contexte actuel renvoie à la "mère partrie", ainsi qu'à la sécurité intérieure (ou la Sécurité Sociale pour certains ! ), la stabilité pour s'adapter à l'inconnu viral,  la prise en charge des faibles, dénutris, avilis, etc. Par ailleurs, l'acide chlorhydrique contenu naturellement dans l'Estomac, qu'il soit en dose insuffisante ou excessive, peut générer des brûlures ou remontées acides, voire des ulcères (gare aux aliments acidifiants tels que tous les produits industriels raffinés et confinés sous additifs !). Au niveau de la peau et des muqueuses (parties génitales, bouche, nez, yeux...), une sécheresse peut être accompagnée de squames. Cette sécheresse a été potentiellement augmentée en Ile-de-France par l'apport de Chlore - anticipé dès mi mars - par la Société des eaux de l'Ouest. 

 

En homéopathie comme en d'autres domaines, la métaphore permet des comparaisons taquines pour parler d'interrelation entre remèdes, On peut ici évoquer les Pokémon japonais (créatures aux aptitudes exceptionnelles, aptes à vivre en harmonie avec les humains) et leurs évolutions, pour comparaison !

 

Ainsi, si Natrum Muriaticum, - combinaison chimique stable - le Chlorure de Sodium (sel de table, hydrophile goûteux ET sel indispensable à la vie intracellulaire de l'être humain) est un PokémonMuriaticum Acidum (acide chlorhydrique,  digestif irritant) en est une "évolution" ; c'est-à-dire qu'ils ont des caractéristiques communes, présentement le Chlore : élément chimique le plus représenté dans l'eau de mer.

 

Ammonium Muriaticum (Chlorure d'ammoniaque, étouffant) en est une autre "évolution" ; d'où son efficacité en accompagnement d'une détresse respiratoire chronique, majeure et/ou soudaine et par ailleurs proche d'Ammonium Sulf. cité plus haut.

 

__________________________________________________________________

 

 

Enfin, corrélée à ce "Conardo virus" qui est pour beaucoup vécu comme un toxique radio (qui émet de toutes parts comme un radioactif dont on a du mal à détecter le profil insidieux, invisible, positif, négatif...), toute l'anxiété ambiante, familiale ou personnelle irradie sur l'organisme et notamment sur le couple Rate/Estomac.

 

Energétiquement couplés (la Rate étant elle-même couplée au Pancréas), ils sont sensibles à ce que nous absorbons, au propre et au figuré.  Les émotions que nous bloquons peuvent les surcharger.

 

Le système limbique et le système immunitaire sont liés, de sorte que le système limbique garde en mémoire les toxiques que le corps a absorbé et contre lesquels le système immunitaire a réagit.  La transmission de ces mémoires se manifeste au niveau du thorax et du ventre par de petites zones de dermalgie réflexes - nommées dermatomes. La palpation permet de les identifier, logées au niveau du Pancréas et de la Rate. La fonction salubre du Pancréas est indispensable lors des phases d'adaptation de chacun.e, au cours desquelles les capacités de défense (immunité) et d'action sont sollicitées.

 

Autrement dit : 

A soins multiples envisagés, mer(e) intérieure bien aimée !

Soyons des Créatures aux Aptitudes Exceptionnelles

Colère à l'oeuvre

essai, 606 pages

Editions Geuthner

www.geuthner.com

52€

ISBN 978-2-7053-3920-3