MOTRICITÉ PRIMORDIALE

 

 

  Réflexe perpétuel

=

réflexe actif inapproprié 

et non intégré

 Réflexe intégré

=

réflexe  mûri et actif 

 

Mécanismes physiologiques

sur utilisés pour la survie 

= sécurité illusoire

 

Excès d’adrénaline et de cortisol 

==> inhibition du lobe frontal qui gère la vie conscience, manque de choix, blocages dans la réaction ou la dépression  

 

Mécanismes physiologiques

adaptés 

= sécurité efficace

 

Régulation hormonale 

==> connaissance, raisonnement clair, capacités multiples, solutions

 

 

 

     Avant de comprendre, l'être humain a besoin d’apprendre en bougeant puis en percevant, intégrant de nouvelles expériences ou activités. Un apprentissage concret s’effectue par la mise en mouvement du corps qui transite d’une position à une autre. Tous les sens et toutes les positions sont sollicités. Des stratégies motrices de base permettent de développer des capacités et des compétences : transiter fait appel à des mouvements et à des réflexes acquis qui vont être réactivés lors d’un nouveau mouvement ou d'une prise de risque puis ils vont être fusionnés à un ou des mouvements plus complexe(s).

 

    A tous âges, recevoir les mouvements archaïques rythmiques passifs permet l’installation de réflexes posturaux matures et de capacités d’adaptation, de mobilité dans toutes les dimensions : avant/arrière, haut/bas, droite/gauche, intérieur/extérieur, individuel/collectif.

 

     Dans un ordre d'apparition, les mouvements reçus in utero (de la conception à 5 semaines) sont inhibés et intégrés à d’autres mouvements plus complexes – spontanément activés par l’embryon/fœtus (également de la conception à 5 semaines) – puis intégrés aux réflexes qui vont apparaitre dès la 5ème semaine (avec le réflexe de paralysie par la peur) et jusqu’à 1 mois de vie (réflexe de redressement). Tous ces réflexes archaïques nourrissent un équilibrage constant et fiable de tous les systèmes, une juste position du corps dans l’espace ainsi que dans la relation à soi et à l’autre ; afin que tout mouvement mature soit efficace, puissant et harmonieux. 

 

     Le développement moteur a une influence directe sur la maturité émotionnelle et intellectuelle. Par exemple, le réflexe de ramper (Bauer) qui apparaît vers 6 mois et demi de gestation et est actif pendant 6 ou 7 mois (il devient intégré dans le système moteur à 4 mois de vie), active le mécanisme de rassemblement des pensées et du mouvement ; de sorte que l’avancée vers un objectif (focalisation) mobilise en alternance le mouvement reptatoire haut droit/bas gauche et haut gauche/bas droit du corps, reliés à son centre. Ramper stimule l’activité cérébrale complète.

 

    Tous ces archaïsmes connectent les différentes parties du cerveau. Le diaphragme qui est relié au crâne par le tendon central est le muscle par lequel toutes les chaînes musculaires articulaires se croisent. Ainsi, dès que le corps se met en mouvement et quel que soit son âge, tous ses systèmes s'activent et sauf lésions, il peut être (re)programmé pour une dynamique mature.