ACCORDS DU CORPS

De corpus à Corps-Mémoire

Extrait de Colère à l'œuvre

"Corpus

Source latine du mot « corps », Corpus se prête au jeu des contextes (corps d’état, corps de métier, corps de ballet, corps d’armée, corps médical, corps calleux, corps gras, levée de corps…). Ressuscités par l’intermédiaire du sumérien, plusieurs concepts sous-jacents à différentes expressions intégrant le mot « corps », ressortent depuis les syllabes cor et pus.

 

Dans un contexte lipidique de « corps gras », corpus/KUR4-PÚ-ÚŠ englobe « épaissir le réservoir du sang » (excès de cholestérol, athérome).

 

Dans un contexte hormonal de « corps jaune » qui sécrète de la progestérone (issue du cholestérol sanguin) corpus/ KUR4-PÚ-ÙŠ désigne le « prééminent réservoir du placenta », comme dans le cas d’une fécondation. Lorsque l’embryon se fixe, le corps jaune produit beaucoup de progestérone durant le 1er trimestre de grossesse, puis le placenta prend la relève. En revanche et en l’absence de fécondation, le corps jaune se désintègre en fin de cycle, sous la forme d’un tissu cicatriciel fibreux. Dans ce contexte, corpus/KUR4-PÚ-ÙŠ désigne un « grossier réservoir de mort ».

 

Dans le contexte de défense d’un corps d’armée, corpus/KÚR-PÚŠ « rompre le sceau de l’oppression » (omerta, conflit) ou d’un corps d’élite, corpus/ou KUR7-PÚŠ « surveiller les difficultés », font sens.

 

Dans le contexte d’une levée de corps, corpus/KUR7- PÚ-ÚŠ représente « guetter/surveiller le réservoir du cadavre/du sang ». La levée de corps est un examen médico-légal minutieux qui se déroule en trois phases : état des lieux, examen des vêtements et examen extérieur du corps. Les verbes guetter et surveiller sont clairement appropriés.

 

Corps-Mémoire

Corpus/KÙR-PÚŠ associe le verbe purifier à l’état de peine/douleur/ oppression ou à des difficultés. Dans un contexte de drainage émotionnel, Corpus renvoie ainsi à « purifier l’oppression ou la douleur ».

 

Memoria

Comme dans métal/metallan, nous retrouvons la particule ME qui désigne en Emešà cristaux contenant l’art et les lois d’une race antérieure et très différente de celle englobant la civilisation sumérienne, qui désigne en sumérien :

ME charge ; responsabilité ; destin ; décret divin ; nous, notre être ; être, dire

 

Les synesthètes familiers du Tableau de Mendeleïev pourront rapprocher cette notion de cristaux contenant l’art et les lois des séries et colonnes dudit tableau.

MU Nom ; mot ; témoignage ; présage

RI Porter ; projeter ; mettre en place ; engendrer ; inonder

A eau/père

 

En se basant sur une théorie de la « mémoire de l’eau », ME-MU-RI-A nous transmet la « charge ou le destin du témoignage porté par l’eau ».

 

Le concept de « corps-mémoire », réduit à ses phonèmes stricts, regroupe les particules KÙR-ME-MU-IR-E :

KÙR purifier

ME notre être

MU restaurer

IR plaintes, pleurs, gémissements

E parler/dire

 

--> « purifier notre être en le restaurant par la verbalisation (parler/dire) de nos plaintes, de nos pleurs ou de nos gémissements ».

 

Dans un contexte thérapeutique, Memoria/ME-MU-RI6-Á porte approximativement ce qui « restaure notre être ou le destin et apporte force ou pouvoir ».

Dans un contexte de « libération de nos stress profonds1 » au cours de laquelle l’eau pure absorbée a un rôle majeur (véhicule, support, mémoire, stockage d’informations), Corpus Memoria renferme : « purifier la douleur ou l’oppression de notre être, du nom/mot/témoignage porté par l’eau/le père/le pouvoir ». Ce qui rejoint, là, le travail effectué en défusion émotionnelle.

 

Dans un contexte divin dans lequel le Foie tient lieu d’organe clé pour le façonnage de l’humanité (kabatu) ainsi que pour le jugement et la réalisation de choix propres à chacun et nécessaires à son bien-être (énergies F et VB), par rapport à une mise en esclavage de l’humanité, le concept de Corps-Mémoire alias Corpus Memoria / KÙR-PÚ-ÚŠ ME-MU-RI-Á renferme  « purifier le (réservoir du) sang de notre être, du présage projeté ou mis en place par la force ».

 

     Le travail de reprogrammation cellulaire que l’on doit à Kishori Aird2 agit en partie en ce sens, c’est-à-dire qu’il nous permet de nous purifier d’un présage ou d’une décision mis en place par défaut et qui ne nous correspond pas forcément pour toute notre existence, pas complètement ou pas du tout ! Entre autres reprogrammations ADN, nous avons accès à l’intelligence quantique, à la distorsion holo­graphique et au code santé. Rappelons que dans le sang résident des informations liés aux métaux : metallan désigne « compréhension de l’abondance des Cristaux du Ciel » ; ce que l’on peut transposer en « ce qui porte la mémoire du Ciel ».

 

Le Soma tout puissant

La source du grec ancien sma (σμα) est relative au corps physique, somatiser étant la manifestation physique d’un état psychique. Le soma biologique est la partie centrale d’un neurone et le soma védique est une substance vitalisante. Dans un contexte de manifestation physique liée au psychisme ou en tant que soma biologique (connexions neuronales) ; « corps lié » et « lier la chair » s’inscrivent dans SU-MA.

 

Le Soma vitalisant : esprit de feu et force de l’eau

En sanskrit, le soma correspond très probablement au pressurage de l’amanite tue-mouche, Agaricus Muscarius, destiné à en extraire le suc, porteur d’une puissance vitalisante. Dans des textes orientaux, anciens ou récents, il y est aussi question d’une plante ou de différentes plantes hallu­cinogène(s) – liée(s) à ce soma – et non d’un champignon, mais la littérature homéopathique traitant d’Agaricus Muscarius valide cette puissance vitalisante qui génère une force physique décuplée. Hélas, sa contrepartie est un délire, des vertiges et beaucoup de problèmes de coordination avec tremblements, spasmes et tics.

Chez le sujet Agaricus M., l’incapacité aux mouvements croisés (connexion main gauche/pied droit et inversement) est un exemple frappant d’incoordination. Dans le cas où il doit effectuer l’exercice continu de mouvements croisés (nommé « Crosscrawl » en Brain Gym) pour favoriser le passage des informations d’un hémisphère à l’autre et participer à l’équilibrage des latéralités, la tâche est difficilement réalisable voire impossible ou très douloureuse (les douleurs en diagonales sont typiques d’Agaricus M.). De plus, la vision peut être altérée (double, dansante, trouble), les yeux peuvent être enflammés et les paupières sujettes à des tics, auquel cas le point d’équilibre naturel, habituellement apporté par une vision saine, n’est même pas envisageable.

Dans quelque mythologie nordique ou vieilles traditions païennes (estonienne, finnoise), il est relaté par ailleurs que manger des amanites tue-mouche fut réservé aux Sages ou autres devins de la nature, doués de magie et capable d’interpréter les hallucinations générées par la prise du champignon.

Tout cela revu et décomposé, SU-MA4 mène à « quitter le corps », lorsqu’il ne répond plus de rien ou que le sujet réalise une sortie hors du corps.

 

L’eau du corps

Dans un contexte de santé, SOMA notre corps lié, permet de « donner l’eau » ou de « déposer l’eau » avec SUM-A. Avec la complicité de TI-NÍ-A « prendre ou tenir la force de l’eau », on retrouve la métaphore et le reflet de l’origine de l’Eau matrice avec la notion de triade chimique H2O présentée au 1er chapitre.

 

Tinia juge, arbitre & l’eau en garantie

Dans un contexte juridique divin – par rapport aux divers sens de légalité rencontrés (cristaux contenant des lois (ME), décision ou verdict stable ; ou encore présage mis en place) – SUM-A porte : « la source ou le père qui donne garantie » ; l’expression donner en garantie désignant par essence le lien à un engagement pour lequel exécution et respect sont de mise.

 

Lorsque je bouge mon corps,

j’exécute et respecte un engagement

lié à la Source ou au père qui me donne l’eau."

 

1 Concept thérapeutique créé par Françoise Tainon.

2 L’ADN démystifié. Kishori Aird est naturopathe et intuitive médicale.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Catherine Breant