EXTRAIT

3ème Partie - Bénéfice Intérieur / Créativité

 

Les circuits de Papez & le stockage de mémoires

 

 [...] 

 

Pour aller plus profondément dans l’univers mémoriel auquel le corps humain est connecté et pour amorcer ce qui va suivre, la Théorie électromagnétique de la conscience de J-B. Meric nous éclaire par sa pertinence. J-B.M émet l’hypothèse que les hémisphères cérébraux humains peuvent être comparés aux hémisphères terrestres, de sorte que le noyau de Fer de notre planète et les ions Fer qui circulent dans le sang, ont le même rôle : émettre des courants électriques et produire des champs magnétiques. Deux circuits cérébraux dits circuits de Papez et dont le tracé est « hippocampo-mamillo-thalamo-cingulaire », fonctionnent comme des solénoïdes embobinés (cylindres qui traversés par un courant électrique, se comportent comme un aimant), similaires à ce que produisent des bobines Helmholtz (voir tableau ci-dessus). Le pôle nord du champ magnétique généré se situe au niveau temporal gauche.

 

Considérés par ailleurs comme circuits des émotions, il est assez évident de penser qu’une interaction ou une dysconnexion émotionnelle entre deux personnes, ou plus, peut à terme provoquer un « court-circuit », une « disjonction » de ces circuits de Papez, chez une ou plusieurs de ces personnes, sous forme de colère et que traduira un état émotionnel cité en 1ère partie, tel que :

  • agacé
  • exaspéré 
  • excédé
  • bouillonnant
  • fulminant
  • rageant
  • agressif/belligérant
  • irrationnel/hystérique/furieux

 

Les 2 derniers états peuvent être dévastateurs et il n’est pas rare qu’en cas de « gros coup de sang » ou de « colère noire », la personne concernée perde raison, n’arrive pas à penser avec recul de la situation puisqu’elle y est enfermée et que la haute tension de son champ électromagnétique favorise une ambivalence émotionnelle (peur, tristesse, colère, joie excessive) non seule­ment chez elle mais aussi chez l’autre, en réaction (par un principe d’électro aimantation). Auquel cas, les futures relations seront soit teintées de réticence, soit strictement entretenues sur un mode de raison avec interdiction tacite d’exprimer une émotion quelle qu’elle soit, par crainte de représailles ou par manque de confiance. Soit de manière conviviale ou neutre si « l’orage » est passé et que l’équilibre émotionnel de chacun est retrouvé. 

 

Si l’interaction électromagnétique qui pouvait opérer auparavant sur un mode communiquant, ne l’est momentanément plus, l’accès aux informations ou mémoires, est altéré ; ce qui mène parfois à ce que l’on nomme commu­nément un « dialogue de sourds » derrière le verrouillage de récepteurs.

 

Électromagnétisme & Verticalité

 

On l’aura compris, le tore (modèle d’énergie primaire), les piliers Djed égyptiens, les bobines de Tesla, celles de Helmholtz et les circuits de Papez ont des points communs. Tous ont un rôle stabilisant dans l’accès à la verticalité, qu’elle soit physique (fondation, croissance, équilibre, transfert d’énergie), émotionnelle (fluidité à communiquer, autorité d’action), mentale (intellectualisation, raisonnement), intuitive (source de créativité) ou spirituelle (« élévation » de l’âme, accès au divin…) ; et un rôle explosif possible. 

 

« Le cerveau humain […] a une activité électrique continue (même pendant le sommeil) et produit donc un champ permanent (sa magnétosphère), sur lequel il peut inscrire des informations en permanence (les souvenirs) qu’il ne peut perdre vu l’absence garantie de coupure d’alimentation : les hippocampes restent même « allumés » pendant 48 à 72 heures en cas de « panne générale » due à l’anoxie […] »

 

 

« Le « panorama magnétique » des souvenirs produit par les circuits de Papez ne repose pas sur un support magnétisé et donc fragile […] mais est produit et restructuré en permanence par l’activité électrique des hippocampes. Je dis « panorama magnétique » […] c’est-à-dire une image unique sans cesse remaniée et complexifiée par des ajouts quotidiens. […] La magnétosphère cérébrale n’a […] pas besoin de support consistant pour fixer les souvenirs, puisqu’elle est produite et réorganisée en permanence par les circuits de Papez […] probablement transférée dans la magnétosphère terrestre [« produite […] par le noyau en fer de la Terre »qui serait sa destination ultime. » (JBM).

 

Pour J.B. Meric, ce « panorama magnétique » est un support « générant et souple » et la magnétosphère cérébrale n’a pas de limite supérieure comme celle terrestre (la magnétopause), du fait qu’elle ne subit pas la pression des vents solaires. En revanche, elle semble dotée de lignes de force fermées qui ne sont, pour autant, pas infranchissables et que, par conséquent, une « interpénétration avec d’autres magnétosphères cérébrales voisines est possible, voire fréquente, ce qui pose le problème de l’identification et de la relecture spécifique des souvenirs propres à chaque individu par les circuits de Papez. ». Dans la pathologie, des souvenirs de « déjà vu », « déjà vécu » ou des illusions peuvent être source d’erreur. Dans l’épilepsie, c’est par exemple un orage magnétique de neurones temporaux qui perturbe la reconnaissance de souvenirs. Dans la maladie d’Alzheimer au cours de laquelle l’espace et le temps sont difficilement appréhendés (perte de repères), il s’agirait d’un mécanisme de mort cérébral au ralenti.

 

Le « panorama magnétique »

En électricité, un arc électrique est un courant visible dans un milieu isolant. De faible ampleur, cela correspond à une étincelle ; de grande ampleur, à la foudre. Histoire de jouer sur les mots, usons du panorama et regardons au loin :

 

PAN-UR-AMA

PAN arc

UR4 rassembler ; entourer

AMA force, puissance

 

--> PAN- UR4- AMA « arc qui rassemble/entoure la puissance »

 

Concernant la vision, un panorama est une vue d’ensemble ou une vue depuis un point élevé.

PÀ ouvrir

AN haut, élevé

U5 levée de terre ; totalité ; élever ; lever

RA mesurer

MA attacher ; lier ; placer ; poser

MAH haut, exalté ; proéminent ; être large, élargir

 

--> Un PÀ-AN-U5-RA-MA ou MAH "ouvre haut en totalité - mesure[1] - lie ou élargit", ce qui d'une manière moins ampoulée revient à ouvrir "grand" le regard pour avoir une vue d'ensemble (totalité + lier ou élargir) ; sachant, rappelons-le que PÀN fu tle phonème ayant pour signe primitif un oeil.

 

Dans la foulée, faisons une extension au chapitre Lachesis puisque J-B Meric évoque les trois Parques pour comparer la fonction mythologique de chacune, avec le processus en trois temps généré par une expérience de mort imminente.

« La lente amnésie rétrograde […] et l’évocation des souvenirs anciens, jusqu’aux souvenirs d’enfance, deviendrait l’équivalent au ralenti de la vision panoramique de l’existence, […] »

[…]

« On ne peut s’empêcher de faire la comparaison avec les Parques de la mythologie romaine qui elles aussi, en trois temps, déroulaient la vie et la mort d’un individu :

  • Clotho filait les événements de la vie (temps physiologique de la mémorisation),
  • Lachesis dévidait ensuite l’écheveau patiemment créé (amnésie rétrograde ou vision panoramique),
  • Atropos enfin tranchait avec ses fatals ciseaux le fil de l’existence (rupture hippocampique). »

 

Le panoptisme, tel qu’il peut être défini par cette notion de support sans limite supérieure et qui permet un accès total à différentes magnétosphères, fut décrit d’une toute autre manière avec l’invention du panopticon, dans l’idée d’avoir accès au monde carcéral (compartimenté en cellules individuelles) depuis une tour centrale[2]. Carcéral ou magnétique, l'accès au défilement des éléments de la vie (Clotho) par une vision panoramique (lachesis), au gré de l'activité électrique hippocampique (Atropos), est indissociable du monde humain. L'actuelle omnipréence invisible de moteurs de recherce sur Internet oud 'organes de contrôle mondialiste (réeau bancaire) répond à cette logique d'accès, à laquelle nul ne peut échapper puisque notre trame de vie - l'Univers - est construit sur le schéma d'une toile de réseaux. Il est donc important de considérer le maniement des relations humaines, leurs interactions et leurs conséquences. Ce que l'être humain observe est sa propre construction. il peut la modfier dès qu'il change d'angle, son état de conscience en dépend.


[1]   Dans la vision, mesurer a pour synonyme toiser, évaluer, ce qui dans la perception d’un panorama est justifié.

[2] Bâtiment conçu par Jeremy Bentham (juriste anglais, réformateur et philosophe, 1748-1832) pour optimiser la surveillance carcérale à tout moment, depuis un point central ; et de sorte qu’un détenu ne sache jamais si lui ou un autre est observé. La prison cubaine Presidio modelo est un exemple de ce type de construction.

 

Colère à l'oeuvre

essai, 606 pages

Editions Geuthner

www.geuthner.com

52€

ISBN 978-2-7053-3920-3