Traces

    A l’origine de l’écriture, le Souffle de l’Oiseau de Vie (Zehuti) servit des êtres de haut rang, cadres de l’humanité sur Terre. Il les conseilla et créa pour eux diverses technologies. Les premiers récits de ses travaux furent gravés sur des murs, des colonnes. ZE-HU-TI ou le « Souffle de l’Oiseau de Vie » se nomma THOT chez les Egyptiens dont l’IBIS est un emblème animal (son autre emblème est le babouin « bavard »). Chez les Grecs, il fut Hermès trois fois Maître, chez les Latins, il fut Mercure dont la symbolique géométrique sacrée permet d’inscrire le carré (structure) dans le cercle (groupe, unité) et inversement ; et ce dans un contexte Terre/Soleil.

 

     Le Souffle s’inscrit librement en chacun de nous, de même qu'il réside dans le plasma cosmique, toujours mobile et évolutif. Il côtoie les intentions, les initie parfois. Avec lui, nous acceptons d’avoir le cœur ouvert suffisamment longtemps pour que de fortes et justes intentions de transmettre par le Verbe se concrétisent, se cristallisent, se structurent d’elles-mêmes. Quand le Souffle est respiration (humide) au rythme du Coeur, écrire en est la solidification (sèche).

 

Colère à l'oeuvre

essai, 606 pages

Editions Geuthner

www.geuthner.com

52€

ISBN 978-2-7053-3920-3

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Catherine Breant