Les aventures de la Girafe Noire    

Prétexte d’un discours multiple où tous les sujets deviennent traitables même si l’on ne sait pas comment, la Girafe Noire entre dans un monde de lettres où des sigles changent de sens selon le contexte, où des personnages deviennent un verbe ; et où en tant que prétexte elle est une personne, une émotion, une stratégie militaire, une odeur, un objet, une vibration ou le dessous du parquet…

 

Du fait de son contexte matriciel (kinesthésie, synesthésie, kinésiologie), plusieurs aventures de la Girafe Noire font spontanément usage d’exercices physiques tel que ceux du Brain Gym, Modes Oculaires, Mouvements et Réflexes Archaïques ; ou bien d'étirements selon Min Tanaka (Bodyweather) et de roues énergétiques à la sauce Touch For Health ; et s'inspire parfois de traits morphopsychologiques dits de Structure/Fonction pour servir un exercice de style.

 

La Noiraude joueuse aime aussi chanter « je suis unique, je suis magnifique, je suis toi », histoire de formuler des exutoires aux actualités du monde que nous cautionnons (par ignorance ou par défaut) et, qu’en contre plongée visant les cornillons de la grande bête, le lecteur impitoyable puisse juger de son propre fonctionnement ou de son ressenti face à l’Histoire qu’il se raconte.

 

Aux mentalistes perdus et aux érudits navrés, je réserve un seau d’emberlibrasses à cœur ouvert.

 

Fantasque et vibrante, la Girafe Noire vous salue bien.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Catherine Breant